h[p 209

URGENCE DANS LA VALLEE DU JOURDAIN

Témoignages transmis par notre ami Rashed Khudiri !

IMG_2038

Quatre maisons à Jiftlik démolies par Israël :
L’Etat d’Israël vient de faire démolir quatre maisons dans la Vallée du Jourdain, faisant 4 familles sans abri. À 6 h 30, l’armée israélienne est venue photographier les maisons et, peu de temps après, trois bulldozers gardés par une trentaine de soldats des forces spéciales Yasam sont entrés dans le village de Jiftlik. Les routes principales étaient fermées par des checkpoints, empêchant tout mouvement dans le village. L’armée israélienne a encerclé les maisons et les champs environnants. La famille d’Abu Khalil Moussa ne pouvait rien faire d’autre que de voir leur maison démolie.
Les deux frères ont logé dans la maison construite en 1986 par leurs familles. Avec leur père, ils ont travaillé pendant six ans pour pouvoir construire et entretenir leur maison. Un des frères nommé Khalil dit: « J’ai travaillé pour cela depuis l’âge de 18 ans. En une heure, ils l’ont détruit. » Maintenant, les familles vivent dans une pièce chez un parent. Khalil raconte aussi aux militants d’ISM (International Solidarity Mouvement) et de JVS (Jordan Valley Solidarity) comment son fils est venu chercher son ballon avant la démolition. Il a été repêché, mais est revenu dans les décombres plus tard dans la journée pour le chercher.
La famille voisine de Merai Abu Ahmad a également perdu sa maison. Une famille de 10 personnes est restée dans la maison depuis sa construction il y a trois ans. Le fils vivant de la famille montre où sa chambre était. Son père Ahmad demande le soutien de qui que ce soit pour obtenir un nouveau foyer. «La vie ici est difficile.» Il montre la tente roulée qu’ils ont reçue de la Croix-Rouge après la démolition. «Nous sommes allés de cette maison à cette tente.» La famille a été chassée de leur maison directement de leur lit ce matin-là. C’est des méthodes qu’ils ont pratiqué pendant des générations.

h[p 215
En 1967, la plupart des familles de la région ont fui leurs maisons. La famille Merai, qui avait été contrainte de s’installer à Jiftlik après avoir été expulsée par les forces israéliennes du camp de réfugiés Abu Badjad, a décidé de rester. La zone s’appelle désormais Da Beit Merai et Merai lui-même témoigné à l’ISM et à JVS comment il a demandé en 1967 à l’armée de venir: « Où dois-je aller maintenant? Tu m’as chassé de partout. »Il resta dans sa maison, témoin de la démolition de toutes les maisons voisines. «Et maintenant, l’histoire se répète». Il explique comment les forces armées israéliennes ont volé environ 400 moutons du village dans les années 70 et les ont utilisés pour un zoo touristique de crocodiles. Si les bergers voulaient récupérer leurs moutons, ils devaient payer presque le même prix qu’un nouveau.
Le camp de réfugiés Abu Badjad où Merai a vécu avant d’arriver à Jiftlik est devenue la colonie illégale Masu’a. Ces deux familles n’ont pas de statut de réfugiés ni de carte d’identité en dépit de leurs expulsions.
Dans une partie voisine de Jiftlik, ISM et JVS rencontrent une autre famille, la famille d’Abu Ahram, qui a perdu sa maison le même jour. La famille des sans-abris n’a pas reçu de tente, comme les autres familles, et reste maintenant dans une pièce. Entouré par les enfants le neveu de l’homme qui a perdu sa maison, raconte comment ils ont également été intimidés par le grand groupe de militaires, les forçant à quitter leur maison et à quitter leur terre. La maison était l’un des rares bâtiments en béton de cette communauté bédouine.
La quatrième maison détruite ce jour était une grange agricole construite sur une citerne d’eau. La citerne a été gravement endommagée et les 50 agriculteurs qui l’utilisent ne sont pas sûrs qu’elle puisse être réparée. À l’intérieur de la maison, il y avait des outils et des machines agricoles, et les fermiers n’étaient pas à leur secours pour les empêcher d’être écrasés dans la démolition. La citerne a été construite il y a 17 ans et fournissait les champs de haricots, de tomates, de piment et de concombre avec un stockage de 170 m3 d’eau. La piscine et la grange étaient en bulit pour 50 000 NIS. « Ce prix serait le double aujourd’hui », explique l’agriculteur Bassil Ibrahimi à JVS et ISM. Lorsque la démolition a été effectuée, l’eau a coulé et a détruit un grand champ de haricots. Ibrahimi raconte également comment près de 400 m2 d’abris pour animaux et machines ont été détruits entre 1988 et 2000.
Les démolitions sont souvent effectuées en automne et en hiver quand il fait plus froid. Israël interdit aux Palestiniens de construire des infrastructures ou d’autres projets de développement dans la vallée du Jourdain, tels que la récupération de terres agricoles, l’ouverture de routes agricoles ou l’extension de réseaux d’irrigation. En outre, Israël continue de confisquer des terres, de démolir des maisons et d’empêcher la réhabilitation de maisons et de routes palestiniennes existantes, mais maintient des plans d’expansion de colonies et de développement d’infrastructures pour les colons israéliens dans la Vallée du Jourdain.

h[p 231

 ISM 19 novembre

L’armée israélienne se prépare à détruire deux communautés dans la Vallée du Jourdain – Agissons d’urgence

http://www.ism-france.org/temoignages/L-armee-israelienne-se-prepare-a-detruire-deux-communautes-dans-la-Vallee-du-Jourdain-Agissons-d-urgence-article-20445

 

Laisser un commentaire